Kiev po’o Kiev? les médias français divisent la question

Kiev po'o Kiev? les médias français divisent la question

Share This Post

BFM TV explique pourquoi la capitale ukrainienne s’appelle Kiev ou Kyiv, en réponse à la question d’un téléspectateur.

© Crédits photos : capture d’écran BFM TV

Depuis le début de l’invasion russe de l’Ukraine, les envoyés spéciaux et les réseaux sociaux font monter une revendication locale : que les médias occidentaux appellent la capitale ukrainienne « Kiev », et non plus « Kiev ». Si de nombreux médias anglophones avaient déjà changé de charte, Libération est, en France, le premier à franchir le pas. Mais la question traverse toutes les rédactions.

Publié le 04 mars 2022 — Mis à jour le 04 mars 2022

Tout est parti du terrain. Les envoyés spéciaux, en contact direct avec les Ukrainiens à fleur de peau, ont fait état de cette revendication locale : que les médias occidentaux cessent d’appeler leur ville « Kiev » et que nous préférions « Kiev », sa forme ukrainienne. De nombreux médias anglais avaient commencé à l’adopter ces dernières années. L’agence Associated Press dès fin août 2019. Puis d’autres ont suivi : le Wall Street Journal, le New York Times, le Guardian… jusqu’à la BBC fin janvier 2022, comme le rappelle L’Obs.

Au pays, comme dans la diaspora, le sujet est hypersensible. Aussi, lorsque Libération publie, mardi 1er mars au matin, un Un intitulé « Kiev vivant », les retours sur les réseaux sociaux sont douloureux. Sonia Delesalle-Stolper, chef du service extérieur, explique lors d’une conférence de rédaction ce matin-là que les Ukrainiens saluent la Une du journal, mais que ce titre « Kiev » leur fait mal. Une discussion s’engage autour de la table. Comme souvent dans Libé, l’émotion est de la partie. La rédaction est favorable au changement de nom. L’édition, garante de la charte graphique, est plus partagée. Pourtant, le quotidien a déjà franchi une étape quelques mois plus tôt, abandonnant le terme « Belarus » pour celui de « Belarus ». Ce précédent reste dans les mémoires comme une décision juste et légitime. Finalement, en une trentaine de minutes de discussion collective, les journalistes du quotidien adoptent définitivement « Kiev ». C’est le premier média français à le faire. Quelques jours plus tôt, le journal danois Jyllands-Posten, avait lui aussi choisi Kiev, comme le rappellent les correcteurs du Monde.

Michel Becquembois, longtemps rédacteur en chef adjoint en charge des titres à Libération, a pris la plume et publié un article sur le site du journal expliquant ce virage. « Comment parler de la capitale ukrainienne sans ajouter à son malheur ? » Comment le nommer ? Ou plutôt, de quelle réalité est « Kiev », le mot couramment utilisé pour le désigner jusqu’ici, vraiment le nom ? « , il demande. « Ces quatre lettres sont devenues le symbole de la russification de la toponymie ukrainienne, qui a contribué à diluer une langue et une culture dans le grand creuset tsariste puis soviétique ».

Précis, bourré d’exemples qui éclairent d’autres exceptions à la règle, cet article va bien au-delà de l’autojustification. Non, pour les journalistes, les mots ne sont jamais accessoires. Dans les heures qui ont suivi, d’autres rédactions ont choisi d’évoquer l’arbitrage entre Kiev et Kiev. Jeudi 3 mars, Le Figaro annonce que ses « rédacteurs vont désormais écrire « Kiev » pour désigner la capitale du pays, [dans] la bouche d’un Ukrainien (interview ou forum). Dans les autres cas, on maintiendra le français l’orthographe « Kiev ».

Cette position, qui met en avant de qui parle, rejoint à sa manière celle de Courrier international. Claire Carrard, rédactrice en chef, rappelle que l’hebdomadaire publie des articles de la presse russe et ukrainienne : « Le débat dans notre pays ces jours-ci a porté moins sur Kiev que sur les sources d’information ».

Le choix de Libération n’est pas seulement émulé. Dès son annonce, elle a suscité des critiques comme celle d’Anna Colin Lebedev, spécialiste des sociétés post-soviétiques et maître de conférences à l’université Paris X-Nanterre. Pour elle, l’Ukraine est un pays bilingue. Opter pour l’une ou l’autre orthographe, explique-t-elle sur Twitter, c’est « s’inscrire dans la lecture promue par le Kremlin d’une rupture entre russophonie et ukrainienphonie ». François Héran, professeur au Collège de France, accuse le quotidien d’aller au-delà de son rôle informatif pour faire ce qu’il appelle habituellement « le mot police ». Dans Libé, Michel Becquembois encaisse et répond : « C’est aussi le rôle des journaux de faire bouger les lignes. Nous avons imposé la féminisation des fonctions et elles sont entrées dans le langage courant. Ecrire, nommer, ça forge un usage. Nous ne disons pas Londres, Munchen ou Barcelone. Mais nous faisons une exception pour Kiev, et nous assumons ce geste éminemment politique ».

Un parti pris taclé par le rédacteur en chef adjoint de Valeurs actuelles, Tugdual Denis : « On voit bien que les journaux qui, de par le monde, ont déjà choisi d’utiliser le nom de Kiev avancent des arguments politiques, idéologiques, voire militants, pour le justifier. Ce qui me semble être un manque de prudence. La guerre et la recherche de la paix sont des sujets suffisamment sérieux pour que les médias ne se précipitent pas dans de telles arguties. »

Néanmoins, au sein de la rédaction, la question du nom de la capitale ukrainienne fait débat. « Personnellement, je suis pour le nom d’usage, pose Marc Semo, journaliste au Monde. On écrit Lénine avec un « e », Michel Strogoff pas vraiment avec les derniers canons… Kiev ou Kyiv, c’est une affectation. Oui, ça colle plus à la réalité d’aujourd’hui, mais personne ne nie que Kiev est ukrainienne, pas même Poutine ! La question du nom vaut plus quand la ville est contestée, comme Lvov à la russe, Lviv à l’ukrainienne, ou Lwów à la polonaise avec deux « ws »… » Au sein de la rédaction du quotidien du soir, les débats sont également passionnés.

Spécialiste des questions internationales, Pierre Haski, chroniqueur sur France-Inter et L’Obs, précise : « Ça revient à chaque fois : Myanmar ou Birmanie, etc. Sur une radio, on ne peut pas faire chacun pour soi. Il faut être cohérent à l’antenne. Il est très difficile de changer un nom reconnu de tous. C’est bien le défi pour les médias que nous écoutons : être clairs, être compris dès le départ. France-Télévisions, Radio-France, France Info La télé et le web utilisent depuis plusieurs mois un groupe whatsapp commun pour assurer la cohérence et partager les enjeux éthiques. Fin janvier, la question du nom de la capitale ukrainienne a été soulevée. Et la réponse, directe : « Kiev est la nom en usage à l’Ambassade de France ». L’usage passe avant tout. Dans Libé, Michel Becquembois raconte avec amusement le flop du journal lorsqu’il a voulu populariser Mumbai pour désigner Bombay, à l’occasion d’un Forum social mondial. Idem pour le « Pékin Olympiques » qui n’aurait définitivement conquis personne, je n France.

L’usage prévaut également sur BFM TV, note Céline Pigalle. Lors d’une émission en direct dans le métro, aux premiers jours des menaces russes, une jeune femme explique qu’elle se trouve à Kiev. L’oreille de l’éditeur se serre. « Vous ne pouvez pas ajouter une couche de complexité supplémentaire à une question déjà compliquée. Le nom de Kiev est au cœur de cette guerre, par souci de pédagogie, nous ne pouvons pas nous lancer dans un changement de nom à l’antenne ». Jeudi 3 mars , à 11h30, face aux questions des téléspectateurs, la chaîne d’information s’est pourtant lancée dans un décryptage « Kiev ou Kyiv, pourquoi le nom de la capitale ukrainienne s’écrit-il de deux manières ? » — en réalisant une coque amusante dans le bandeau (« Kiyv »).

D’autres ne s’en soucient pas autant. M6, qui a incrusté, dès le 24 février au soir, un drapeau ukrainien en haut à droite de l’écran précisant en dessous « Soutien aux Ukrainiens », estime que le nom de la capitale n’est pas sa principale préoccupation. peut changer, rien n’est figé, explique la chaîne. Nous sommes au jour le jour avec ce conflit. Et surtout, nous n’avons aucune leçon à donner. Les certitudes ne sont jamais bonnes pour les journalistes. »

Donneur de cours, Libé ? L’AFP avait décidé en début d’année d’écrire désormais « Kiev » pour ses articles en anglais, en s’alignant sur les « normes internationales », mais de garder « Kiev » en français « transcription alors majoritaire dans les médias et en vigueur à l’ONU », expliquait l’agence dans une dépêche du 1er mars. L’imaginaire collectif demeure. Michel Becquembois taquine : « Le Dynamo de Kiev, c’est sûr, ça ne prendra jamais ! »

Table des matières

MSN, un portail à l’heure des médias sociaux

MSN, un portail à l'heure des médias sociaux

MSN (The Microsoft Network) est le réseau de sites Internet et de services en ligne de Microsoft : informations et contenus (le portail MSN), services de communication en ligne (Windows Live Messenger, Hotmail, etc. Voir l’article : Formation SEO : Toutes les formations Formase sont éligibles au CPF !.) et de recherche sur Internet (le moteur Bing).

Ces parcs en Tarn-et-Garonne pour admirer les plus belles fleurs
Ceci pourrez vous intéresser :
SORTIE – Les jours merveilleux sont venus et ont signé pour s’épanouir.…

L’Internet libre et gratuit, c’est bien fini

L’Internet libre et gratuit, c’est bien fini

Dans Les GAFAM contre l’internet (éditions Ina), Nikos Smyrnaios analyse les succès économiques de Google, Amazon, Facebook, Apple et Microsoft à la fois comme la cause et le résultat d’un nouvel ordre capitaliste néolibéral, qui finit par anéantir le projet internet originel . Extraits. A voir aussi : 4 profils de blogueurs influents pour les entreprises et les marques.

Comment devenir freelance digital : choisir un statut, conseils pour se lancer...
Ceci pourrez vous intéresser :
Ce guide vous offre toutes les réponses à vos questions si vous…

Quelle est la capitale de l’Ukraine ?

Quelle est la capitale de l'Ukraine ?

L’Ukraine fait-elle partie de l’espace Schengen ? L’Ukraine n’est, à ce jour, ni membre de l’espace Schengen ni État associé de cet espace. Ceci pourrez vous intéresser : Comment choisir la bonne agence de référencement : un guide pour rester à jour. L’espace Schengen est, pour rappel, un espace de libre circulation des personnes.

Quels sont les pays qui ne font pas partie de l’Union européenne ?

Certains pays européens ne font pas partie de l’Union européenne….Les pays non membres de l’UE sont :

  • Albanie*
  • Andorre.
  • Arménie.
  • Azerbaïdjan.
  • Biélorussie.
  • Bosnie Herzégovine**
  • Géorgie.
  • Islande.

Quel sont les pays extérieurs à l’Union européenne ?

Les caractéristiques
DélimiteUnion européenne Akrotiri et Dhekelia Albanie Andorre Biélorussie Bosnie-Herzégovine Brésil Gibraltar Liechtenstein Macédoine Maroc Moldavie Monaco Monténégro Norvège Royaume-Uni Russie Saint-Marin Saint-Martin Serbie Suisse Suriname Turquie Ukraine Vatican

Est-ce que l’Ukraine est un pays européens ?

1Depuis 1991, l’Ukraine est un pays européen indépendant.

Quels sont les 28 pays d’Europe ?

Allemagne, Autriche, Belgique, Bulgarie, Chypre, Croatie, Danemark, Espagne, Estonie, Finlande, France, Grèce, Hongrie, Irlande, Italie, Lettonie, Lituanie, Luxembourg, Malte, Pays-Bas, Pologne, Portugal, République tchèque, Roumanie, Slovaquie , Slovénie et Suède.

Quelle richesse en Ukraine ?

L’Ukraine importe plus de 90 % de son pétrole et la majeure partie de son gaz. Son principal fournisseur de pétrole est la Russie, qui possède ou gère la majeure partie de la capacité de raffinage de l’Ukraine. L’Ukraine importe son gaz principalement de Russie (gaz russe et turkmène).

Pourquoi l’Ukraine n’est pas dans l’Union européenne ?

En novembre 2013, l’Ukraine décide finalement, sous la pression russe, de refuser l’accord avec l’Union européenne et de « relancer un dialogue actif avec Moscou ».

Quelle richesse en Ukraine ?

L’Ukraine importe plus de 90 % de son pétrole et la majeure partie de son gaz. Son principal fournisseur de pétrole est la Russie, qui possède ou gère la majeure partie de la capacité de raffinage de l’Ukraine. L’Ukraine importe son gaz principalement de Russie (gaz russe et turkmène).

Est-ce que l’Ukraine est un pays développé ?

L’indice de développement humain (IDH) de l’Ukraine, qui est utilisé par les Nations Unies pour mesurer les progrès d’un pays, était de 0,779 point en 2019, ce qui le place à la 77e place du tableau. l’IDH publié sur 189 pays.

Peut-on disparaître d'internet et comment ?
Ceci pourrez vous intéresser :
Il peut parfois sembler tentant de disparaître d’Internet. Mais si nous continuons…

Quel est le statut de l’Ukraine ?

Quel est le statut de l'Ukraine ?
Forme d’ÉtatRépublique parlementaire temporairement sous la loi martiale
ParlementRada
Langue officielleukrainien
Langues régionales officiellesrusse, hongrois et roumain
CapitaleKiev 50° 27′ 02″ Nord, 30° 31′ 25″ Est

Quelle richesse en Ukraine ? L’Ukraine importe plus de 90 % de son pétrole et la majeure partie de son gaz. Son principal fournisseur de pétrole est la Russie, qui possède ou gère la majeure partie de la capacité de raffinage de l’Ukraine. L’Ukraine importe son gaz principalement de Russie (gaz russe et turkmène).

Quelle politique en Ukraine ?

L’Ukraine est une république multipartite dotée d’un système parlementaire. Le pouvoir exécutif est exercé par le Cabinet dirigé par un Premier ministre tandis que le pouvoir législatif est confié à la Rada, un parlement monocaméral.

Est-ce que l’Ukraine fait partie de l’Union européenne ?

En mars 2016, le président de la Commission européenne Jean-Claude Juncker a déclaré que l’Ukraine ne serait pas membre de l’Union européenne, ni de l’OTAN, avant 20-25 ans.

Est-ce que l’Ukraine est un pays développé ?

L’indice de développement humain (IDH) de l’Ukraine, qui est utilisé par les Nations Unies pour mesurer les progrès d’un pays, était de 0,779 point en 2019, ce qui le place à la 77e place du tableau. l’IDH publié sur 189 pays.

Comment s’appelait l’Ukraine avant ?

État de Kiev Le nom « Ukraine », qui signifie « pays frontalier » en russe, est venu avec l’expansion de la Moscovie, bien plus tard. Au 11ème siècle, Kievan Rus’ était géographiquement le plus grand état d’Europe.

Pourquoi la Russie attaque l’Ukraine ?

La Russie est passée à l’offensive ce jeudi 24 février. Après avoir reconnu l’indépendance des séparatistes pro-russes dans l’est de l’Ukraine en début de semaine, Vladimir Poutine a lancé des opérations militaires pour débarrasser l’Ukraine des « nazis » et « neutraliser » son potentiel militaire.

Pourquoi l’Ukraine n’est pas dans l’UE ?

En novembre 2013, l’Ukraine décide finalement, sous la pression russe, de refuser l’accord avec l’Union européenne et de « relancer un dialogue actif avec Moscou ».

Est-ce que l’Ukraine fait partie de l’Union européenne ?

En mars 2016, le président de la Commission européenne Jean-Claude Juncker a déclaré que l’Ukraine ne serait pas membre de l’Union européenne, ni de l’OTAN, avant 20-25 ans.

Pourquoi la France aide l’Ukraine ?

Les sanctions contre les personnalités russes seront également durcies. Plus de matériel militaire pour Kiev, et plus de sanctions pour Moscou. La France a décidé de renforcer son soutien à l’Ukraine dans sa guerre contre la Russie, à l’issue d’un Conseil de défense samedi en fin de journée.

Pourquoi l’Ukraine n’est pas dans l’Union européenne ?

En novembre 2013, l’Ukraine décide finalement, sous la pression russe, de refuser l’accord avec l’Union européenne et de « relancer un dialogue actif avec Moscou ».

Quels sont les 27 pays de l’Europe ?

Quels sont les 27 pays de l'Europe ?

Allemagne, Autriche, Belgique, Bulgarie, Chypre, Croatie, Danemark, Espagne, Estonie, Finlande, France, Grèce, Hongrie, Irlande, Italie, Lettonie, Lituanie, Luxembourg, Malte, Pays-Bas, Pologne, Portugal, République tchèque, Roumanie, Slovaquie , Slovénie et Suède.

Quels pays ne font pas partie de l’Europe ? Le Royaume-Uni a quitté l’Union européenne à la suite du Brexit, ce qui a suscité davantage de questions sur les voyages en Europe. Les pays non membres de l’UE sont :

  • Albanie*
  • Andorre.
  • Arménie.
  • Azerbaïdjan.
  • Biélorussie.
  • Bosnie Herzégovine**
  • Géorgie.
  • Islande.

Quel est le 28ème pays de l’Union européenne ?

La Croatie est devenue le 28e État de l’Union européenne le 1er juillet 2013, après la ratification du traité d’adhésion signé le 9 décembre 2011, et le référendum national du 22 janvier 2012 qui a obtenu 66,27 % de « oui ».

Quel pays a quitté l’Union européenne en 2021 ?

– 31 décembre 2020 : La période de transition prend fin, le Royaume-Uni et l’Union européenne sont donc liés par un accord de commerce et de coopération à compter du 1er janvier 2021. – 27 avril 2021 : Le Parlement européen approuve à une large majorité accord de commerce et de coopération avec le Royaume-Uni.

Quel est le dernier pays à rentrer dans l’Union européenne ?

La Lituanie a rejoint la zone euro le 1er janvier 2015 et en est devenue le 19e État membre. Les billets et les pièces en euros ont été mis en circulation le même jour.

Quelle est la religion de la Russie ?

Le paysage religieux en Russie L’Église orthodoxe russe placée sous l’autorité du Patriarcat de Moscou est la principale communauté religieuse du pays. Selon des sondages, 70 à 80 % des Russes se déclarent orthodoxes [1]

Quelle est la différence entre catholique et orthodoxe ? Les différences les plus notables sont les suivantes : Pendant la liturgie, les catholiques prient debout ou à genoux, tandis que les orthodoxes restent debout ou assis. Les chants sont compris comme une prière à part entière et sont omniprésents dans les célébrations de la liturgie divine orthodoxe.

Pourquoi les Russes sont orthodoxes ?

A côté d’une quête spirituelle, de nombreux orthodoxes voient sans doute dans la religion un retour à leurs racines historiques, l’affirmation d’une culture millénaire des pays slaves de l’Est et du Sud, et des pays roumains, qui n’a pas été effacée par la police politique.

Comment la Russie est-elle devenue orthodoxe ?

La christianisation de la Russie a eu lieu en 988 grâce au prince Vladimir Ier. L’Église orthodoxe russe se considère comme la première communauté chrétienne de Russie.

Quand la Russie devient orthodoxe ?

En 1589, le régent Boris Godounov mène une politique d’indépendance vis-à-vis de la Russie et crée le Patriarcat de Moscou : l’Église orthodoxe de Russie devient alors autocéphale.

Quelle est la principale religion ?

Selon le Pew Research Center, en 2010, le christianisme était de loin la plus grande religion du monde, avec environ 2,2 milliards d’adeptes, soit près d’un tiers (31 %) des 6,9 milliards de personnes vivant sur Terre. L’islam a suivi, avec 1,6 milliard d’adeptes, soit 23 % de la population mondiale.

Quelle est la principale religion au monde ?

Selon une étude du centre de recherche américain Pew, les 2,2 milliards de chrétiens sont suivis par les musulmans et loin derrière par les hindous et les bouddhistes.

Quelles sont les principales religions ?

ARTE Journal Junior explique les cinq grandes religions du monde : christianisme, islam, bouddhisme, judaïsme et hindouisme.

Quelle est la religion orthodoxe ?

La religion orthodoxe est une religion chrétienne orientale qui s’est séparée de la religion chrétienne occidentale (romaine ou catholique) il y a environ mille ans. La grande majorité des peuples slaves se rallient alors à l’Église d’Orient dont le siège est à Constantinople.

Comment Appelle-t-on un croyant orthodoxe ?

Un Juif orthodoxe est une personne qui reconnaît devoir se comporter selon la Halakha (corpus de règles établies par la tradition orale, du Talmud à nos jours). Au sein de l’orthodoxie religieuse juive, deux branches se sont progressivement distinguées : les orthodoxes et les ultra-orthodoxes.

Est-ce que les orthodoxes croient en la Vierge Marie ?

La Vierge Marie Selon les orthodoxes, Marie est Theotokos, c’est-à-dire qu’elle représente toute l’humanité. Les orthodoxes n’ont défini aucun dogme concernant la fin de la vie de la Vierge et ils ne parlent pas de l’Assomption. La plus grande difficulté réside dans l’Immaculée Conception.

Est-ce que la Russie fait partie de l’Europe ?

Le territoire de la Russie occupe le nord de l’Asie (74,7 % de sa superficie) et l’Europe de l’Est (25,3 % de sa superficie). Cet État-continent est le plus grand pays du monde : il s’étend d’ouest en est sur 6 600 km et du nord au sud sur 3 000 km, alors que sa superficie totale est de 17 125 191 km².

Est-ce que Moscou est en Europe ? Avec plus de 10 millions d’habitants, Moscou est la plus grande ville d’Europe. C’est aussi et surtout le centre névralgique de la Russie, tant politiquement que culturellement.

Quelle partie de la Russie est européenne ?

1 – La Russie n’est pas membre de l’UE La Russie n’est pas membre de l’Union européenne. Les Russes sont un peuple indépendant très attaché à sa souveraineté.

Pourquoi une partie de la Russie est en Europe ?

1 – Le territoire russe est plus asiatique qu’européen Soyons précis : 74,7 % du territoire russe se trouve en Asie, soit seulement 25,3 % en Europe. L’Oural est considéré comme la frontière naturelle séparant la partie européenne de la partie asiatique du pays. En géographie, la Russie peut être qualifiée d’État-continent.

Pourquoi la Russie est européenne ?

Récit. Le terme «Russie européenne» était utilisé par l’Empire russe pour désigner les territoires slaves orientaux sous contrôle russe, y compris la Biélorussie et la majeure partie de l’Ukraine.

Pourquoi la Russie est en Europe ?

À l’inverse, pour la majorité des Russes, la Russie est en Europe depuis son accès à la mer Baltique (début du XVIIIe siècle) et à la mer Noire (fin du XVIIIe siècle).

Envie de recevoir nos news
N'hésitez pas à vous inscrire
Sur le même sujet
Comment gagner 200 euros par mois en ligne
rédaction web

Comment gagner 200 euros par mois en ligne ?

Gagner de l’argent peut être quelque peu compliqué, surtout lorsque l’urgence est au rendez-vous. Cependant, avec les avancées technologiques, les choses deviennent de plus en

Reformulez et réécrivez facilement du texte
rédaction web

Reformulez et réécrivez facilement du texte

Les rédacteurs Web ou autres rédacteurs sont conscients de la difficulté de récupérer un message et de le rédiger de manière claire et concise. Parfois,

Besoin de nouveaux contenus pour votre site ?

Faites appel à nos services